Transition Cégep, un projet qui contribue à la prévention du suicide en milieu collégial

Louise Fournier, chercheuse principale, Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM)
Florence Déplanche, coordonnatrice du projet Transition Cégep, CRCHUM
Geneviève Cloutier, coordonnatrice du réseau Qualaxia, CRCHUM

Le projet Transition Cégep vise à soutenir les cégeps soucieux d’améliorer la santé mentale de leurs étudiants au moyen d’un processus d’accompagnement structuré. Ce projet de recherche a pour objectifs d’élaborer, d’expérimenter et d’évaluer un programme d’application des connaissances visant à rehausser les interventions favorables à une meilleure santé mentale des étudiants en milieu collégial. Lire la suite…

Renforcer le sentiment de communauté au Collège Montmorency

Dominique Alarie, directrice adjointe au Service des affaires étudiantes et à la communauté au Collège Montmorency

Le mieux-être et la prévention du suicide nous regardent tous. Un jour ou l’autre, un ami, un parent ou un collègue nous demande de l’écouter et de l’aider. Quelles sont les ressources disponibles dans le milieu? Voilà la question à laquelle répond le programme de promotion du mieux-être et de prévention du suicide Parce que nous embrassons la vie au Collège Montmorency!, lancé à l’occasion de la Semaine nationale de prévention du suicide. Lire la suite…

Apprentissage de terrain quant à la référence des jeunes LGBT dans le système

Bruno Laprade, coordonnateur à Projet 10 et représentant allosexuel au Forum jeunesse de l’île de Montréal

Les recherches ont démontré que l’un des plus importants facteurs de résilience des jeunes lesbiennes, gais, bis et trans (LGBT) face au suicide est de rencontrer d’autres jeunes comme eux1. C’est ainsi qu’en 2005, le Regroupement d’entraide de la jeunesse allosexuelle du Québec (REJAQ) et le Forum jeunesse de l’île de Montréal déposaient, à l’occasion du renouvellement de la Stratégie action jeunesse 2005-2008 (devenue 2009-2014 depuis), des mémoires demandant la création d’organismes spécialement destinés aux jeunes LGBT dans chacune des régions. Lire la suite…

Homosexualité et suicide

Mario Lafontaine, président du Centre de prévention du suicide de Charlevoix et bénévole pour le comité RADOS

Renée-Claude Laroche, directrice générale du Centre de prévention du suicide de Charlevoix

Il faut savoir que les personnes homosexuelles ne sont pas différentes des autres : elles subissent les mêmes stress et les mêmes difficultés. Lorsqu’elles prennent conscience de leur différence, elles peuvent vivre dans le secret, subir l’homophobie environnante et le rejet et se priver de confidents. Elles doivent apprivoiser la solitude et l’isolement, s’adapter à un statut de marginalité et, malgré la quasi-absence de modèles, se former une réalité.

Lire la suite…

Au-delà de la transphobie : les ados trans, l’école et le droit à l’invisibilité

Françoise Susset, M.A., psychologue spécialisée dans l’accompagnement des personnes trans et de leurs proches

Le terme trans ou transgenre est à la fois rassembleur et réducteur. Il semble incontournable de préciser avant tout les diverses réalités vécues par les jeunes dont l’identité ou l’expression de genre se situent à l’extérieur des normes de masculinité et de féminité, car il existe un risque important que les revendications visant l’acceptation d’une diversité d’expression et d’identification de genre ne tiennent pas compte des besoins de bon nombre de ces jeunes qui s’identifient plus conventionnellement comme appartenant à « l’autre sexe ». Lire la suite…

Projet pilote en intervention avec l’utilisation de technologies de la communication à Suicide Action Montréal

Marie-Josée Girard, candidate au Ph. D. en psychologie à l’Université du Québec à Montréal
André Landry, directeur général de Suicide Action Montréal

Certains constats semblent faire consensus&nbsp: un musicien ne peut plus utiliser seulement les disques compacts pour diffuser sa musique, car les supports numériques sont maintenant pratiques courantes dans le domaine1. Pour Suicide Action Montréal, il est tout aussi évident que la prévention du suicide doit innover et s’adapter au contexte de vie des personnes vulnérables. En effet, la nécessité d’utiliser les nouvelles technologies de l’information et des communications, plus précisément Internet, pour prévenir le suicide s’impose, autant dans l’offre de services de Suicide Action Montréal que dans son souci constant de mettre en œuvre des pratiques de qualité. Lire la suite…

Le refuge en France

Isabelle Chollet, psychologue en cabinet privé et au Refuge et formatrice à l’Institut régional du travail social de Montpellier
Découvrir, assumer et vivre son homosexualité peut être au-dessus des forces de certains jeunes gais et lesbiennes. La sensation d’être différent, de ne pas répondre aux attentes et aux projections de ses proches, l’exclusion, le mensonge peuvent occasionner des troubles psychologiques et des mal-être allant parfois jusqu’au suicide.

Lire la suite…

Du Nord-du-Québec à Montréal, ça persiste : l’homosexualité et le suicide chez les jeunes

Charles Marois, directeur des ressources humaines de Garneau Travail et militant pour l’acceptation et la déstigmatisation de l’homosexualité en région

Eduardo Perez, bachelier en sociologie à l’Université de Montréal et militant depuis plusieurs années dans les sphères politiques et sociales, notamment pour l’homosexualité en milieu urbain

Plusieurs organismes et mouvements travaillent encore aujourd’hui à la lutte contre l’homophobie et au renforcement des moyens d’action pour prévenir l’intimidation dans tous les milieux sociétaux : le travail, la famille, le cercle d’amis et de connaissances, les milieux communautaires et scolaires. Bien que la société change et s’adapte aux nouveaux modes de vie, certains tabous comme l’homosexualité perdurent en ville comme en région; les tabous ne sont pas uniquement l’affaire des habitants de la banlieue ou des villages. Parfois, il s’en dégage même une préoccupation culturelle ou spirituelle et, malgré la sensibilisation effectuée depuis maintes années, le suicide persiste comme solution perçue. Lire la suite…

Fusillade au Collège Dawson : évaluation des impacts de l’événement et suggestion d’un plan d’intervention multimodal

Monique Séguin, Ph. D., Université du Québec en Outaouais; Centre d’études McGill sur le suicide, Institut universitaire en santé mentale Douglas.

Nadia Chawky, M. A. Université du Québec en Outaouais

Stéphane Guay, Ph. D., Directeur du Centre d’études sur le trauma, Centre de recherche Fernand-Seguin de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine et Professeur agrégé, École de criminologie, Université de Montréal.

Richard Boyer, M.A. (Soc.)., Ph. D., Département de psychiatrie, Université de Montréal et Centre de recherche Fernand-Seguin de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine.

Alain Lesage, M.D., FRCPC, M.Phil., Département de psychiatrie, Université de Montréal et Centre de recherche Fernand-Seguin de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine.

Pierre Bleau, M.D., FRCPC, Directeur médical du Programme d’anxiété du CUSM, Professeur adjoint, Département de psychiatrie, Université McGill. Lire la suite…

Intervenir dès la phase de choc à la suite d’un suicide : comment la postvention devient-elle de la prévention?

Denise Deshaye, travailleuse sociale au CLSC de la région de Thetford

Véronique Bourgault, travailleuse sociale au CLSC de Sainte-Marie de Beauce

Le guide pratique Intervenir dès la phase de choc à la suite d’un suicide, publié par l’Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches, s’adresse aux intervenants sociaux des CSSS et des centres de prévention du suicide (CPS) qui travaillent auprès des familles et des proches éprouvés par le suicide d’un des leurs. La particularité de ce guide d’intervention est qu’il concerne précisément la phase de choc, c’est-à-dire la période suivant la découverte du corps ou l’annonce de la nouvelle du suicide. Dans cet ouvrage sont synthétisés et rédigés dans un style télégraphique les éléments essentiels à considérer par l’intervenant social qui veut remplir son rôle adéquatement auprès des proches dans la phase de choc. Largement inspiré des expériences professionnelles et des réflexions des collègues de la santé et des services sociaux de la région de Chaudière-Appalaches, le document est divisé en trois sections qui collent à la réalité professionnelle de l’intervenant. Lire la suite…